Santé animale 26 janvier 2017 à 08h00 | Par véronique Bargain

La nutrition joue sur le fonctionnement de la glande mammaire

Des essais de l'Inra montrent l'importance de la nutrition sur le développement mammaire et sa résistance aux bactéries.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'apport d'anti-oxydant est bénéfique pour la production laitière, la résistance aux mammites et les désordres peri-partum.
L'apport d'anti-oxydant est bénéfique pour la production laitière, la résistance aux mammites et les désordres peri-partum. - © F.Mechekour

«Après la puberté, la stratégie d'alimentation est essentielle pour optimiser le développement de la glande mammaire» souligne Frédéric Dessauge, de l'Inra Saint-Gilles (35). Un essai sur chèvres laitières a comparé des chèvres alimentées dès le sevrage selon les recommandations de l'Inra et des chèvres recevant du concentré à volonté jusqu’à la mise bas. « Avec le concentré à volonté, le poids vif des animaux est supérieur et il y a un développement plus précoce de la mamelle, indique le chercheur. Mais la lactation est pénalisée. » L'analyse du tissu mammaire montre en effet qu'avec du concentré à volonté, la glande mammaire produit déjà des sécrétions lactées à mi-gestation, ce qui limite ensuite la production après la mise-bas.

Un autre essai a été réalisé sur vache laitière en lactation sur l'effet d'un apport d'extrait de Scutelleria baïcalensis, plante utilisée en médecine chinoise traditionnelle pour ses effets hépato-protecteurs, anti-tumoral in vitro et anti-inflammatoires et que l'on retrouve aujourd'hui dans certains compléments alimentaires (Axion start de CCPA...). Dans l'essai, l'apport d'Axion start a entraîné une augmentation de la production laitière de 2,7 l/jour/vache.

Une meilleure résistance aux mammites

Des tests in vitro ont aussi été menés sur des cellules épithéliales mammaires, qui produisent le lait, et que l'on peut désormais cultiver à partir d’explants mammaires. « Ces essais montrent que, à faible concentration, Scutelleria baïcalensis augmente la viabilité des cellules épithéliales mammaires, qu'elle diminue leur mortalité et qu'elle diminuerait ainsi le risque de mammites en augmentant la protection contre les bactéries » précise le chercheur.

D'autres essais ont été menés sur l'effet anti-oxydatif de la baïcaline, principe actif de Scutelleria baïcalensis. « Les essais montrent que la baïcaline a un effet anti-oxydatif très fort, rapide et rémanent et qu'elle protège ainsi les tissus du stress oxydatif, rapporte Frédéric Dessauge. La baïcaline augmente aussi la mobilisation du tissu adipeux qui produit des anti-oxydants. Au final, Scutelleria baïcalensis apporte donc des bénéfices pour la production laitière, la résistance aux mammites et les désordres peri-partum. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Santé animale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,